L’essentiel des principes de base du réglage alimentaire naturopathique en 10 points

  • La naturopathie n’obéit à aucun dogme religieux ou philosophique. Par conséquent, aucun régime (vegan, cru, végétarien, flexi, halal, ou autre) n’y a une place particulière.
  • La naturopathie prône, avant tout, une digestion optimale pour une santé optimale. Tout réglage alimentaire devra donc favoriser cet équilibre propre à chacun de nous le plus parfaitement possible.
  • Il est utile de rappeler que nous ne devons prendre que 3 repas par jour, matin, midi et soir. 5h doivent impérativement espacer ces 3 repas (nous parlons ici de toute personne lambda, et non de cas particuliers tels que les nourrissons par exemple). Éventuellement, une collation autour de 17h (surtout les enfants et ados, sportifs …).
  • La fonction d’élimination du foie se fait essentiellement la nuit, il est donc important de souper léger pour favoriser cette fameuse digestion si importante pour une bonne santé.
  • La digestion commence dès que l’aliment est dans la bouche, et il est primordial, absolument nécessaire, de prendre le temps de mastiquer. Si vous n’avez pas l’habitude, prenez le temps de compter, au début, au minimum 20 mastications par bouchée. Sachez que vous pouvez améliorer votre santé de manière significative uniquement en prenant cette bonne habitude ! Si si, c’est vrai !
  •  Le grignotage est à proscrire, oubliez-le si vous souhaitez réellement être en bonne santé ! Il surcharge le tube digestif, qui n’en finit plus de travailler non-stop. Cela reporte en plus toute notre énergie (vitale) sur la digestion, au détriment des autres fonctions (notamment celles du système immunitaire, les activités physiques, intellectuelles etc.). Sachez aussi que le grignotage abîme la muqueuse intestinale, très fragile (car constituée d’une seule rangée de cellules épithéliales), et qu’à force de grignoter, eh bien, vous « grignotez » aussi cette seule et unique rangée de cellules protectrices, et une inflammation pointera très vite le bout du nez…
  • Certaines associations alimentaires sont à proscrire en naturopathie, notamment au cours du petit déjeuner : lait animal/céréales, yaourts/céréales, fromage blanc/céréales, jus de fruit aqueux/céréales, jus de fruit/yaourt, miel/céréales, café/lait…. Le pain est compris comme céréales. Pourquoi ces associations alimentaires sont-elles à proscrire ? Tout simplement parce que le risque de fermentation (dûe à l’acidité de ces aliments) est garanti 100% et que par conséquent la digestion sera lente et lourde. Rappelez-vous qu’on cherche toujours la digestion optimale en naturopathie ! Pour une santé optimale.
  • Pour les mêmes raisons, il est vivement déconseillé de prendre un yaourt ou un fruit aqueux ou acide à la fin d’un repas. En effet, il faut plus de temps à un yaourt ou un fruit cru pour être digéré que ce qu’on a pris avant pendant le repas. Donc, en attendant d’être digérés, le yaourt ou le fruit vont commencer à fermenter dans l’estomac, et donc ralentir le reste de la digestion. CQFD. Prenez donc ces aliments loin des repas.
  • Buvez beaucoup d’eau, faiblement minéralisée (les minéraux des eaux en bouteille ne sont pas ou peu assimilés par notre organisme, et nos reins sont sollicités outre mesure pour les éliminer. Donc à terme, nous encrassons nos reins et créons des déséquilibres s’aggravant avec le temps). L’eau de source (pauvre en minéraux) est parfaite, l’eau du robinet en fonction des régions convient aussi, ou bien une eau filtrée puis redynamisée avec un filet de jus de citron. Dans tous les cas, buvez le plus possible entre et un peu avant les repas (ainsi vous protégerez la muqueuse de l’estomac des futurs acides nécessaires à la digestion et vous donnez l’eau nécessaire à cette même digestion), et non pendant. Usez et abusez des tisanes, digestives, calmantes, stimulantes etc. Très bon aussi en fin de repas.
  • Pendant le repas, toujours associer les céréales ou féculents aux protéines. En effet, les acides aminés issus des protéines sont bien mieux assimilés par nos cellules en présence du glucose en quantité suffisante dans le sang (glucose apporté par les féculents ou les céréales au cours du repas).

Voilà donc les points importants de base à respecter en réglage alimentaire d’un point de vue naturopathique. Comme vous le constatez, ces conseils sont surtout liés au bon sens car ils respectent notre physiologie humaine. Ce ne sont évidemment que des notions générales servant de socle, il faudra bien sûr affiner ce réglage en fonction de bien d’autres facteurs que nous verrons ailleurs plus en détail.  La santé est en effet un fragile équilibre, en constante évolution, en fonction de ce que nous « mangeons » physiquement et émotionnellement.

Anne Noorman

équilibre santé

Remarque : En aucun cas les informations et conseils proposés sur ce blog ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.